Travail préparatoire  » résidu « 

Classé dans : Résidu | 0

 

 

Je travaille sur la ligne depuis quelques temps et je me suis intéressé à la démarche artistique de Piet Mondrian.

Je me suis senti concerné par sa réflexion des lignes verticales et horizontales, le masculin et le féminin, l’extérieur et l’intérieur, le matériel et le spirituel.

Mais je suis beaucoup plus terre à terre que lui sur la ligne horizontale que je considère comme « terrestre » et la ligne verticale que je considère comme « humaine ». La série Dromo Man en est la meilleure représentation.

La ligne droite n’est pas organique ; la nature n’en contient pas. L’homme a repris le concept à son compte et c’est pour cela que cette représentation est idéale pour le définir.

Pitongrammes binaires

Classé dans : Binaire, Pitongrammes | 0

 

Art en binaire

J’ai eu l’idée de la série  » Binaire  » en 2007 et je la finalise cette année. Il m’a fallu du temps pour trouver l’équilibre et la cohérence de l’œuvre.

J’ai déjà expliqué le processus de mon alphabet binaire. Chaque tableau représente un mot de 3 lettres, pioché dans la liste du  » Scrabble  » : âne, âge, air, ami, ado, ail, aïe, ans, axe, âme, art, alu, bas, blé, bof, bol, but, bye, bar, boy, bio, bon, box, clé, col, coq, car, cri, clé, cor, cou, cru, con, cul, dur, dit, dos, duo, égo, éco, été, euh, eux,  élu, élu, ému, eau, fée, fer, fil, fun, fût, feu, fin, fou, gag, gai, gay, gaz, gel, gym, glu, goy, hep, hou, hum, hit, hot, haï, hue, ici, île, job, jet, jeu, jus, kif, kir, kit, kil, kid, lux, lot, lit, lui, man, mai, mat, mie, mix, mon, mot, mur, mec, moi, mal, mou, nez, nid, née, non, nul, nus, nue, oil, oté, ouf, ouh, out, oui, osé, paf, pan, par, pic, pif, pin, pis, pli, pop, pot, pou, pro, pré, psy, peu, pet, pue, pur, qui, rot, rue, rat, riz, soi, sol, sud, sué, sec, sal, sel, son, sot, sou, toi, tas, toc, tir, une, uni, usa, ver, vil, vis, vie, vin, vif, vol, vue, web, zig, zip, zoo, zen, zob, zut

Quelques exceptions subsistent comme blanc, noir, sexe…

Etat d’esprit

Classé dans : Non classé | 0

Le travail artistique contemporain me laisse perplexe, parfois, car je ne ressens rien de particulier en le regardant.

Je vois le reflet pas très brillant de notre époque, avec 30 ans de retard, au lieu des 20 ans d’avance que l’on peut attendre de cette spécialité.

Je peux comprendre que tout soit en transition, nous sommes dans la période gueule de bois «  post XXème siècle  » ; tout le monde retient son souffle. Le XXIème siècle sera un siècle « tiède » sur tous les plans où il ne se passera pas grand chose, hormis la baisse de tous les curseurs.

Quand je rentre dans une expo d’art contemporain, je sors souvent déçu.

Je vois un concept, une idée, une intellectualisation souvent bonnes… Et la réalisation, où est-elle ?

Et, quand parfois un contenu suit l’idée, c’est le soin de la présentation et la qualité d’exécution qui me manque.

De l’œuvre, on supprime l’esthétique qui est « démodée « , on supprime la technique qui est « sale », on supprime le soin qui est « chronophage » et on garde… l’idée  » à poils  » !

Pauvre idée ! Elle va s’enrhumer !

Peut-être serait-il temps de l’habiller un peu, l’idée.

Est-ce cela qui explique un fort intérêt pour l’art brut ? Pas de fioriture, pas de blabla, une œuvre soudée à l’artiste.

Etant un rédacteur laborieux, je vous invite à lire l’article de Laurent Danchin dans le n°105 d’Artension (janvier-février 2011). http://artension.fr